Magazine

June 2nd, 2020

La levée de fonds privée post-COVID 19

96% des fonds se disent ouverts pour investir dans de nouveaux deals flow, selon la 7ème édition du baromètre réalisé par le baromètre Chausson Finance. Un grand progrès, puisque l’on revient à un niveau d’ouverture quasi identique à celui de la période pré-confinement.

La sortie de crise semble bel et bien poindre.

Ce sondage, paru début mai, interroge les VC sur leurs nouveaux critères d’investissement et sur les nouvelles conditions de financement attendues.

Très optimiste pour l’avenir, il invite à s’interroger sur la façon de lever à nouveau des fonds privés.

Est-ce le bon moment pour lever des fonds privés ? Les critères ont-ils changé ?  Kray co vous résume la situation en quelques mots.

La confiance retrouvée pour l’avenir

  • L’optimisme affiché des investisseurs et VC

Selon le Baromètre VC Chausson Finance, les investisseurs se déclarent confiants envers les startups qui ont enregistré pré-crise un démarrage avec une croissance rapide, puisqu’ils estiment pour 40% d’entre eux que 2 mois de croissance retrouvée suffiront à les rassurer.

Cependant, 51% d’entre eux estiment toujours que leurs critères de levées de fonds ont changé.

  • L’investissement retrouvé mais temporisé

Depuis mi-mars et le début du confinement, la réaction d’urgence a consisté pour les fonds d’investissement à faire l’inventaire de leurs portefeuilles, et à venir en aide à ceux qui en avaient le plus besoin.

Les fonds se sont donc repriorisés et ont momentanément cessé de traiter le deal flow, pour se concentrer uniquement sur les deals en cours et leurs portefeuilles existants.

Selon la cinquième édition du baromètre VC-Covid 19 réalisé par Chausson Finance, dès la première semaine de confinement, les fonds d’investissement déclaraient pour 23% d’entre eux ne plus souhaiter recevoir de nouveaux dossiers dans les 15 prochains jours. Tout en considérant, pour 77% des VC, que la situation n’allait pas perturber leurs priorités au-delà des deux mois.

Si les investisseurs se montraient rassurants, la prudence restait de mise. Pourtant très vite, dès la fin du confinement, un retour positif a été enregistré avec une nouvelle volonté de traiter le deal flow ; les fonds, après s’être concentrés sur la gestion de leur portefeuille, souhaitant à nouveau mener des investissements.

Aujourd’hui, cela ne signifie pas encore que toutes les vannes du financement sont ouvertes, cependant on assiste incontestablement à un retour vers l’accomplissement des missions normales des investisseurs, avec toutefois une certaine priorisation du financement.

Les nouvelles priorisations des fonds d’investissement

  • Un changement dans les priorités d’investissement
  1. Les secteurs dé-priorisés 

La crise a révélé une nouvelle sectorisation des investisseurs. La situation exige en effet une dé-priorisation de certains secteurs à court terme, notamment ceux qui nécessitent un contact physique avec le public ou des déplacements réguliers.

Désormais, les secteurs du voyage, de l’événementiel et de la publicité apparaissent les premiers touchés. Ils ne constituent plus une priorité dans l’immédiat.

  • Les secteurs priorisés

A l’inverse, la période de confinement a été un révélateur des changements de comportements et d’usages. Aussi, de nouveaux secteurs ont émergé de la crise pour retenir l’attention des investisseurs, parmi lesquels le télé-travail, l’EdTech, la cybersécurité, le divertissement, ou encore le gaming.

Ainsi le secteur du loisir à domicile et l’ensemble de l’écosystème évoluant autour de l’économie du StayHome, constituent les nouveaux secteurs d’investissement privilégiés.

  • Les changements d’usages

La période de confinement a conduit à révéler de nouveaux usages, notamment ceux des usages digitaux. Si cette révélation résulte d’un contexte particulier, il y a fort à parier que ces nouvelles tendances s’inscrivent très bientôt comme des tendances de fond pour finir par s’imposer définitivement dans le temps.

Les secteurs du digital constituent en effet des champs d’investissement ciblés, car ils ne sont nécessairement pas confrontés aux problématiques de rencontres et de déplacements physiques. Ce qui en fait ainsi des secteurs particulièrement lucratifs. Aussi, la période a vu exploser les plateformes de visioconférences, comme Zoom, ainsi que l’économie du StayHome, comme la livraison à domicile. Secteurs qui connaissent un bon spectaculaire depuis le début de l’épidémie.

Toutefois, si la majorité des fonds se remettent à traiter le deal flow, leurs conditions d’investissements ont changé.

Le changement dans les critères de levées de fonds

La moitié des fonds d’investissement déclare avoir changé leurs critères de financement. En effet, la moitié des VC ont adapté leurs conditions de term sheets durant la crise, afin de pouvoir couvrir au mieux leur risque.

Concrètement, trois critères de la Startup seront prioritairement examinés :

#1 La profitabilité

#2 Le Cash burn

#3 La croissance attendue

Seront aussi principalement appréciées 3 qualités de l’entreprise, à savoir sa capacité de résistance et de résilience, son agilité face à la crise et son monitoring.

Ainsi pas de découragement ! Les levées de fond vont très prochainement reprendre, mais il faut garder à l’esprit que celles-ci seront avant tout priorisées et davantage exigeantes.

Le mot de la fin ?

« Restez ambitieux ! », Bastien Laterza, partner de Chausson Finance, rappelle qu’en période de crise il y a toujours des opportunités qui naissent.

C’est à vous de les saisir.

Kray/Co

COPYRIGHT - THE KRAY COMPANY / 2020

137 rue d'Aboukir, 75002 Paris, France